Château Haut-Brisson – Anton Totibadze

Anton TOTIBADZE est animé par ses passions. Il est passionné par la vie, le monde qui l’entoure et son évolution. Il se laisse transporté par l’art sous toutes ses formes. C’est un fin gourmet et un amateur de vin. Il donne l’impression d’être une personne qui se sent à l’aise dans n’importe quel environnement. Son incroyable famille est éparpillée entre la France, l’Allemagne, la Géorgie et la Russie, et Anton est toujours partant pour de nouvelles aventures de voyage.

Il est titulaire d’un diplôme en Conception Graphique obtenu à la Haute École Académique de Graphisme à Moscou. Et pourtant, il est particulièrement attiré par la peinture : cela ne semble pas surprenant étant donné le pedigree artistique de sa famille qui remonte sur plusieurs générations.

Ses peintures sont à présent exposées à côté des chefs d’œuvre du Musée de l’État Russe à Saint-Pétersbourg, du Musée d’Art de la Famille Copelouzos en Grèce mais aussi sous forme d’expositions personnelles et de groupe, en Europe et en Asie. Les origines des collectionneurs privés qui possèdent ses œuvres sont impressionnantes : Russie, Géorgie, États-Unis, France, Estonie, Allemagne, Angleterre, Taïwan, Suède, Suisse, Pays-Bas, et la liste continuera sûrement de s’étendre encore davantage.

Exposé depuis le plus jeune âge à des œuvres d’art de genres variés, il définit son propre style comme étant un « réalisme hédoniste ». Ses natures mortes capturent immédiatement l’attention par leur approche directe, leur précision, leur vivacité et leur humour indéniable.

Son séjour au Château Haut-Brisson l’a inspiré pour créer une étonnante série représentant les plaisirs de la gastronomie française – des fromages et des saucissons, du poisson et des crustacés de l’Atlantique et bien évidemment, des grappes de raisin et du vin. Son émerveillement sincère envers ses « objets » crève la toile et nous pouvons vous dire par expérience que ce jeune homme comprend très bien le plaisir d’un bon festin. D’ailleurs, l’une des premières choses qu’il fit en arrivant à la propriété, fut de remercier ses hôtes en leur préparant un délicieux poulet rôti dans la cheminée, agrémenté d’une sauce traditionnelle « adjika », concoctée par ses soins et rapportée de Géorgie. Le dîner fut, de toute évidence, accompagné d’une bouteille du Château Haut-Brisson.

Anton utilise de multiples couches de peinture afin de transmettre ses allusions et une certaine narration. Par exemple, la couleur spécifique d’orange teintée de marron, que l’on retrouve sur plusieurs arrières plans de ses œuvres, n’est pas commune. Il s’agit d’un mélange des ocres provenant des carrières du Roussillon, glorifiés par Paul Cézanne.

Désireux d’utiliser de nouvelles techniques dans une recherche perpétuelle de rebondissements narratifs, il applique de la peinture époxy afin d’offrir une image différente en fonction de la luminosité, comme les couleurs se révèlent à la lumière du jour, dans l’obscurité et sous les rayons UV. La série « Espace » révèle ainsi un trésor de surprises visuelles de même qu’une nouvelle série, en cours de réalisation.

Anton travaille également beaucoup avec son appareil photo, qui lui sert parfois à capturer ses inspirations pour une nouvelle peinture. A contrario, en termes de photo, il tend vers un style très rétro utilisant uniquement la photographie argentique, étant donné qu’il préfère de loin le rendu du grain argenté plutôt que du grain pixelisé. D’ailleurs, il est un client régulier du Laboratoire Diamantino, un atelier parisien qui lui offre un tirage correspondant parfaitement à ces attentes.

Il est toujours enthousiaste à l’idée de discuter des choses qu’il aime. Qu’il s’agisse de la pêche (il est venu en France avec une ligne plombée pour pêcher des poissons de fond) ou de la cuisine (il s’émerveille de voir les mêmes techniques de cuisine sur sarments en France et en Géorgie) ou encore de voyage dans des réserves naturelles (il rêve de caresser un coati). Son attention pour les détails se reflète clairement dans le travail qu’il a accompli durant son séjour au Château Haut-Brisson. Ici et là, seul un observateur attentif pourrait remarquer une pie commune voler au-dessus des vignes du Château Haut Brisson, ou les pointes des tours du clocher de l’Église de Branne au loin à l’horizon.

Anton est très fidèle envers ses passions, qui s’intensifient davantage avec le temps, tout comme dans son mariage. Il adore son épouse, Alexandra Pasternak, une talentueuse artiste, avec qui il partage non seulement une histoire d’amour depuis plus de dix ans mais aussi une passion commune pour l’art. Pendant qu’ils savouraient leur séjour dans la résidence artistique du Château Haut-Brisson, Anton et Alexandra ont réussi à créer une série de peinture racontant des chroniques entrecroisées. De plus, tous deux collaborent avec la même galerie d’art – La “Galerie Kvartira S », créée par Olesya Suzhan) – qui les a soutenus au cours de leur voyage artistique dans le sud de la France.

Voir aussi

Château Haut-Brisson – Alexandra Pasternak

29 janvier 2024

Les œuvres d’Alexandra Pasternak se distinguent par une mise en scène immaculée. L’étude méticuleuse de la corrélation entre l’architecture organique…

Lire la suite

Château Haut-Brisson – Anton Totibadze

11 janvier 2024

Anton TOTIBADZE est animé par ses passions. Il est passionné par la vie, le monde qui l’entoure et son évolution….

Lire la suite

Château Haut-Brisson – Andy Paiko

02 novembre 2023

La sculpture créée par Andy a été spécialement conçue pour le Château Haut-Brisson. L’idée a germé lorsque les propriétaires sont…

Lire la suite